De la difficulté de visiter une mine de charbon modèle en Mongolie Intérieure

A 100 kms au nord d’Ordos, Shenhua dispose de la mine de charbon la plus sophistiquée de Chine, entièrement automatisée. C’est aussi le premier lieu d’expérimentation au monde de charbon liquéfié, pour en faire de l’essence. Ils disposent même d’un site d’enfouissement de C02, très controversé. Pour autant, l’entreprise Shenhua apporte depuis 4 ans des milliards de yuans à la région d’Ordos, dont le coût de la vie est devenu de fait plus cher que Shanghai ! Une visite de Shenhua s’imposait… C’est sans compter sur l’extrême censure vigilance de son service de communication, qui réclamait de voir les questions une semaine à l’avance et de donner son avis sur le papier AVANT publication. 

“Dear Jordan,

 Since your visit is in short notice and our general manager is away on a business trip abroad, i am sorry to tell you that  we can not authorize you the permission. Usually, the procedure for  interview is first to send the outline and questions at least one week earlier  to us, then we can report it to the general manager, if got permitted, our International Department will contact related department or company to arrange the event. After interview, we need to see the draft and you can publish it if the interview is proper.

W.Q.

International Department
Shenhua Group”

Mon ami et confrère britannique avait eu plus de chance que moi. Lire son excellente enquête multimédia publiée l’hiver dernier: The changing face of China’s coal industry

Cela dit ma démarche se voulait positive. Je souhaitais montrer que le charbon, s’il reste le présent et l’avenir de la production énergétique chinoise, pouvait aussi être extrait d’une manière digne et propre. Car pour le reste, les mines de charbon chinoises, c’est Germinal. Des villages de corons et des ruisseaux pollués, des coups de grisou pléthoriques et des conditions de travail bestiales. Ci dessous les photos d’un périple hivernal dans la province d’Heilongjiang, au Nord Est de la Chine, au lendemain de l’explosion d’une mine ayant emporté 108 mineurs de fond. Le jour de notre arrivée, les policiers étaient postés devant chaque ruelle, pour empêcher les épouses de mineurs de venir aux nouvelles à l’entrée de la fosse encore fumante. 

Photos Jordan Pouille.

La suite des photos ici: http://www.flickr.com/photos/23904009@N03/sets/72157622734292981/with/4127307548/

This entry was posted in art, beijing, cathos, culture, daily life, economie, environnement, japon, Le Soir, marianne, mediapart, medias, metro international, north korea, photos, politique, prix nobel, religion, reportage, societe, usine nouvelle, video, vietnam and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>