En Chine, du brut et des étoiles

Bizarrement, une marée noire chinoise est beaucoup moins sexy qu’une marée noire américaine. Nos média s’y attardent peu; et ce n’est pas Pékin qui va s’en plaindre !

Même ici en Chine, où la couverture consacrée à la fuite de BP au large du golfe du Mexique est au moins trois fois plus élevée que celle de Dalian. Il faut dire que, dans ses recommendations hebdomadaires, le département de la propagande pékinois a demandé solennellement aux journalistes chinois ne plus s’attarder sur les conséquences environnementales de cette catastrophe écologique chinoise, alors que BP a installé une webcam pour suivre sa fuite de brut en direct: deux écoles, donc.


(Photos GreenPeace)

Comme à l’époque du tremblement de terre du Sichuan ou plus recémment de Yushu sur le plateau tibétain de Qinhai, c’est donc la célérité de nos braves sauveteurs-militaires de l’Armée Populaire de Libération qui est mise en avant sur cctv et consoeurs, et tampis si l’on voit de temps en temps des images de secouristes bénévoles retirer le goudron à mains nues !  En revanche, les téléspectateurs chinois ne découvriront pas les déroutantes images d’Al-Jazeera tournées ce matin, où l’on voit des pêcheurs nettoyer des coquillages mazoutés pour mieux les revendre à la criée.

Les catastrophes, poule aux oeufs d’or du cinéma chinois

D’ailleurs, notons la sortie dans 4000 salles chinoises du long-métrage “AfterShock”, dédié au séisme de Tangshan de 1976 et ses 240 000 victimes. Il est l’oeuvre du Spielberg jaune,  Feng Xiaogang, à qui l’on doit les douze plus gros blockbusters chinois depuis dix ans, transformant de fait son pays en deuxième marché mondial du cinéma. Sorti le 22, le film fait même pour l’instant plus d’entrées qu’Avatar !  Feng profite à fond les ballons des règles du marché local, à faire pâlir d’envie notre ancien ministre de la culture Jacques Toubon. Car seuls vingt films américains sont autorisés dans les salles chaque année + vingt films du reste du monde (Europe, Japon, Corée du Sud y compris). A ce tarif, autant dire que les distributeurs préfèrent ne prendre aucun risque et optent pour des valeurs sûres (Michael Jackson, Karate Kid, etc…). Depuis décembre, un nouveau quota a tout de même été instauré: 10 films étrangers supplémentaires sont autorisés chaque année, pourvu qu’ils soient en 3D. Pour l’instant, ce sont les Américains qui s’y engouffrent avec Avatar et plus récemment Toy Story 3.  

Pour prolonger:

- Les plus “belles” photos de la marée noire de Dalian (Big Picture – Boston Globe): http://www.boston.com/bigpicture/2010/07/oil_spill_in_dalian_china.html 

- La critique d’AfterShock par Austin Ramzy, Time magazine: http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,2005688,00.html 

Et la bande-annonce d’Aftershock – 唐山大地震 :

YouTube Preview Image
This entry was posted in politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>