Mediapart. Entretien avec Xiao Mo, ancien dignitaire du PCC et signataire d’une lettre contre la censure

Un extrait:

(…)

Pourquoi votre priorité absolue est-elle de lutter contre la censure ?

C’est fondamental car sinon toutes les vérités sont verrouillées. J’ai écrit moi-même un livre sur la Révolution culturelle mais il a été de fait interdit, bien que les autorités refusent de l’admettre. Avec toutes ces restrictions d’édition, cette censure, la population ne connaît rien des erreurs de Mao ou même de ses crimes, parce qu’ils sont filtrés. Et ces ignorants ne sont pas de simples paysans ou des ouvriers. Ce sont aussi des étudiants des universités, des jeunes cadres, voire des intellectuels.

En fait, je vais vous dire, la plupart des intellectuels aujourd’hui se moquent de l’histoire. La mentalité ambiante dans la société chinoise est juste aveugle et vulgaire. Les gens ne s’intéressent qu’à l’argent. Et cela encourage les capitalistes proches du pouvoir à prospérer et à le corrompre davantage.

De mon point de vue, il y a actuellement quatre forces politiques reconnues en Chine et chacune contredit l’autre. Ces quatre forces sont les gauchistes maoïstes, qui ne sont toujours pas satisfaits de la situation actuelle et rêveraient de retourner à l’ère du Grand Timonier. Il y a les socialistes démocrates, c’est-à-dire les réformistes à l’intérieur du système, comme nous. Mais il y a aussi les libéraux démocrates, comme Liu Xiaobo, qui voudraient tout changer d’un coup, ce qui est impossible. Puis il y a ce que j’appelle les complices des capitalistes ou le Parti des princes. Ils veulent que rien ne change car ils bénéficient de la Chine actuelle au maximum.

Comment la question de la liberté d’expression a-t-elle évolué ?

J’ai 70 ans et quand j’étais jeune, la liberté d’expression n’existait même pas. Durant la Révolution culturelle, si vous disiez une chose de travers, vous étiez simplement exécuté. Les choses se sont améliorées et il existe un espace d’expression, sur internet notamment, bien qu’étroitement surveillé. Je pense en fait que les années 1980 ont été les meilleures. La situation a empiré depuis dix ans.

(…)

Entretien exclusif avec Xiao Mo à lire ici: http://www.mediapart.fr/journal/international/131010/apres-liu-xiaobo-danciens-dirigeants-communistes-chinois-sinsurgent-con

This entry was posted in politique, prix nobel and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>