Au Vietnam, chez les catholiques

Me voici donc rentré du Vietnam pour La Vie. Après le Japon lors du tremblement de terre, il s’agit de ma deuxième sortie comme correspondant “Asie” (j’ai tenté au moins quatre fois d’obtenir un visa pour la Corée du Nord, en vain). Mon idée: comprendre pourquoi l’agent orange utilisé par l’armée américaine afin de déloger les Vietcongs au centre et au sud du pays, est toujours néfaste pour la population vietnamienne cinquante ans après ses premiers épandages. Puis découvrir l’Eglise catholique dans un autre régime communiste, en m’arrêtant dans les églises, couvents, monastères et séminaires des villes traversées pendant ces dix jours. Heureusement, il s’y trouvait toujours un interlocuteur francophone ! Je remercie ici toutes les personnes qui m’ont offert un accueil si chaleureux.

1 – Hanoi: la cathédrale Saint-Joseph et le séminaire

L’édifice est splendide, imposant et la ferveur impressionnante. Après la messe, les croyants poursuivent leurs prières autour d’une statue de la Vierge Marie posée sur le parvis. Derrière se trouvait le séminaire, jaune et pourpre avec seulement quelques “étudiants”, vacances d’été oblige.  Nous faisons la connaissance des pères Bruno, Alfonsus et Antoine. Par hasard, nous avons également croisé l’archevêque Leopoldo Girelli, de passage discret au Vietnam. Dans le quartier des ambassades, nous irons dans une église où l’on donne la messe en anglais pour les expatriés. Nous rencontrons “Autumn” (son surnom), une jeune vietnamienne dont les parents sont paysans à la sortie de la ville, près de l’aéroport. Elle s’est inscrite à la chorale pour y apprendre l’anglais: un classique, même en Chine !

jordan pouille

Jordan Pouille

Au séminaire:

Jordan Pouille

Jordan Pouille

 

2 –  Le couvent de l’Institution Sainte-Marie,  à Hanoi

(L’hôpital des soeurs, adjacent, a été réquisitionné par le gouvernement en 1954. Il est devenu depuis une clinique vietnamo-cubaine de chirurgie plastique pour effacer les fentes labiales (becs de lièvre)).

Soeur Marie Nguyen, 72 ans et parfaitement francophone, nous a décrit son étonnant parcours:  étudiante à la Sorbonne en psychopédagogie, elle décroche sa thèse au CNRS en 1968 avant de faire ses voeux perpétuels à Chartres. Puis elle est rentrée au Vietnam, comme directrice d’une école à Danang de 3000 élèves, jusqu’en 1975. Sans surprise, la guerre a mis l’économie du pays à genous. “Pour survivre, nous allions dans la forêt pour chercher du bambou et fabriquer des store”. Puis elle nous parle des jeunes soeurs éparpillées dans les petits dispensaires du pays. “Elles sont au service des personnes porteuses du v.i.h.”. Et elle revient sur l’amour de sa vie, qu’elle a “largué” à 19 ans quand elle s’est tourné vers Dieu. “Mais nous sommes toujours restés en contact. Il était traducteur de livres français à Danang, nous partagions l’amour de la langue. Il est mort d’un arrêt cardiaque à 35 ans. Je l’ai soigné”. Il était intéressant d’entendre ces dames fait état du manque de vocations pour les couvents français de la même congrégation. “Maintenant, c’est à nous d’aller en France“.

Ci dessous, une juvéniste.

Jordan Pouille

 

3 – A Hué, visite du monastère des pères rédemptoristes

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Que dire ici, de ce bâtiment si bien entretenu? Il s’y construit aussi un cloître pour les visiteurs catholiques de passage. Tout autour des propriétés de l’Eglise réquisitionnées par le gouvernement il y a des décennies, transformées en bâtiments administratifs et finalement laissés à l’abandon. Puis à quelques mètres, une piste de rollers couverte avec boules à facettes, spots fluo, verres de thé glacé et tubes de k-pop (pop coréenne) dont raffolent les adolescents vietnamiens. Les noviciats s’y rendent aussi, quand ils ne surfent pas sur Facebook dès que les frères ont le dos tourné ! Les frères disposent chacun d’une clé très spéciale pour pénétrer dans le monastère: une clé universelle, identique pour les Rédemptionistes de part le monde.

4 – A Danang, le couvent des soeurs de Saint-Paul de Chartres. Il a été construit il y a quelques années en bord de plage pour remplacer le bâtiment en centre-ville devenu trop étroit. Sur la propriété: des jardins potagers biologiques et une école moderne conçue avec amour pour les enfants autistes ou handicapés moteurs meurtris par le poison de l’agent orange. J’ai senti beaucoup de bonheur chez les enfants, leurs parents mais aussi chez les soeurs et les juvénistes, ravis d’offrir une éducation de qualité. Merci à Soeur Marie et Soeur Anne pour leur généreux accueil. Un reportage à lire prochainement dans La Vie.

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Jordan Pouille

5 – Retour à Hué ! Dont l’une des églises, aux allures de vaisseau spatial, fut construite avec le fer de la compagnie Eiffel et l’aide des soldats français… Sur place, nous faisons la connaissance de jeunes frères venus du Nord du pays. Parmi eux, Hung, 24 ans, fils de paysans et responsable d’une colonie de vacances pour les ados de familles modestes à travers sept diocèses. Picnic à l’ombre, casquettes américaines pour tout le monde et sieste dans un couloir frais de l’église: tout y est !

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Jordan Pouille

6 – A Hô Chi Minh, les rues regorgent de scooters et les églises de ferveur. A la messe du dimanche, les scouts se mettent au premier rang dans leurs plus beaux uniformes. A l’entrée principale et au pied de l’autel, d’impressionnantes fresques éphémères sont crées sur le sol, à base de pétales de fleurs. Ici, la richesse de la paroisse, pour ne pas dire opulence, saute aux yeux. Et dehors, les croyants n’en finissent plus d’apporter des plaques sur lesquelles sont gravés des témoignages de reconnaissance.

Jordan Pouille

Jordan Pouille

Jordan Pouille

 

Et puis quoi de plus romantique pour les amoureux de Saigon, croyants ou non, qu’une jolie photo devant la cathédrale Notre Dame? Celle-ci est construite de briques toutes importées de Toulouse !

 

This entry was posted in cathos, la vie, religion, reportage, vietnam and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to Au Vietnam, chez les catholiques

  1. Jacinthe says:

    nice, merci pour le post :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>