Le baroud d’honneur de Jiang Zemin

Jiang Zemin a pris sa revanche. Aux journalistes hong kongais qui dès hier soir, sur les chaînes de télévision, enterraient l’ancien chef d’Etat de 84 ans, l’agence officielle Chine Nouvelle vient de réfuter l’information, qui ne serait donc qu’une simple mais récurrente rumeur.

Revenons en arrière. Avant hier soir, vers 01h30 du matin,  la plateforme américaine Boxun - celle d’où étaient lancés les appels à la révolution de J(a)smin chinoise fin février – annonçait la mort cérébrale “de sources sérieuses” de Jiang Zemin. Au même moment, sur Weibo, un internaute rapportait un va et vient inhabituel de Mercedes devant l’hopital militaire 301 de Wukesong, en banlieue de Pékin (là où avaient eu lieu les épreuves de basketball pendant les Jeu Olympiques de 2008). Pas les Audi A6 typiques mais des Mercedes: entendez les voitures d’officiels de très haut rang, venant sans doute rendre un dernier hommage à l’ancien secrétaire général du PCC. Pourtant, aucune agitation particulière n’était observée à Shanghai, là où réside tout le clan de Jiang Zemin…

Cette réfutation venue d’en haut nous amène à une vieille vidéo d’archives de Jiang Zemin s’adressant à la presse tel un Jean Luc Mélenchon dans ses bons jours.”Too simple, sometimes naive” (1’10 minute) lançait-il  à des journalistes hong kongais qui lui demandaient si le gouvernement central n’était pas derrière le choix du gouverneur de Hong Kong. Un échange vif entre les journalistes et le leader chinois… impensable aujourd’hui tant les rendez vous de Hu Jintao avec la presse non officielle sont inexistants.

YouTube Preview Image

Ce que l’on retiendra de cette fausse mort de Jiang Zemin?

Sans doute le poids énorme qu’a pris Weibo ces derniers mois. Comme le montre l’appareil de censure désormais déployé. Afin d’éviter la suppression automatique par mot clé (“jiangzemin”, “jzm”, “mort”, wukesong”), des millions d’internautes ont posté des captures d’écran soit des photos de leurs phrases. Ce sont ainsi les censeurs humains qui sont entrés en action, supprimant péniblement chaque message dix minutes après la mise en ligne… bien trop long pour empêcher la rumeur d’enfler, jusqu’à atteindre les journaux et télévisions hong kongais, les premiers à s’avancer sur la mort cérébrale de Jiang Zemin. 

Il aura fallu un démenti officiel tardif du gouvernement chinois sur l’état de santé de Jiang Zemin, pour enfin étouffer la rumeur.

On peut donc craindre un retour de bâton pour Weibo, si le Parti veut continuer de “guider l’opinion publique” efficacement… et assurer paisiblement la transition de ses dirigeants. Car en Chine, la disparition d’un ancien secrétaire général du PCC est une forte source d’insécurité pour ses protégés et alliés toujours en place au sommet du régime et dont le sort est déjà bien incertain à l’approche de la passation de pouvoir entre Hu Jintao et Xi Jinping, en septembre 2012 !

La dépêche réfutant la mort de Jiang Zemin:

http://www.reuters.com/article/2011/07/07/china-jiang-rumour-idUSL3E7I629C20110707 

This entry was posted in politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>