Retour à Ordos, ville fantôme

Le prix du m2 chute, les promoteurs prennent la tangente mais rien n’y fait. Cette ville en plein milieu du désert de Mongolie Intérieure, continue de grandir, de gonfler contre toute raison mais personne ne vient s’y installer faute d’usine, d’activité. Elle pourrait accueillir 1 million de personnes et même les divertir avec des opéras, cinémas et même une rédaction de journal. Cela montre que les nouveaux riches de ce petit territoire ne savent toujours pas quoi faire de leur argent. Le charbon s’extrait ici en quantités illimitées alors on investit dans le ciment, coute que coute.

Voici un reportage que j’ai réalisé et rédigé en anglais pour les éditions internationales du quotidien Métro. A ma connaissance, il est paru dans les éditions canadienne et française.

Edition française:

This entry was posted in economie, metro international. Bookmark the permalink.

One Response to Retour à Ordos, ville fantôme

  1. Gabriel says:

    As tu pu voir le musée d’Ordos ? Une architecture magnifique !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>