Merci Weng Naiqiang

Cette semaine pékinoise fût une semaine importante et même émouvante.

Importante avec la sortie très attendue de 6MOIS, un beau magazine qui raconte le siècle par les photos et le récit des photographes.  J’en ai reçu deux en colissimo hier. Les reportages chez les Compagnons du Devoir allemands, les enfants d’une école iranienne ambulante, les domestiques des nababs kenyans, ces marins laissés en rade par leurs armateurs sont à couper le souffle. Et ce n’est qu’un début: 6Mois fait 353 pages.

source: www.6mois.fr

Emouvante car avec Lei, nous sommes allés remettre un exemplaire à l’un des personnages clé de ce numéro: Weng Naiqiang. Il nous attendait donc, à 14h, du haut de son 23e étage. Comme la dernière fois, il avait préparé du thé au jasmin et posé ses dernières calligraphies sur la table-basse. Cette fois-ci, il nous offrait des biscuits à l’ananas qu’un ami lui a apporté d’Indonésie. Nous avons d’abord parlé des mésaventures du chef de Chongqing Bo Xilai, des dernières déclarations de Wen Jiabao appelant à ne pas reproduire la “tragédie de la Révolution Culturelle”, de l’exposition d’Agnès Varda à l’Académie des Beaux Arts de Pékin… mais le suspense devenait intenable. Alors j’ai sorti 6Mois de mon sac à dos et nous l’avons feuilleté longuement. Tout de suite, son regard s’est porté sur la qualité de l’impression, sur le ton des photos parfois sépia ou noir et blanc. “Chez nous, les magazines accentuent les couleurs. Ici, c’est beaucoup plus doux” dit-il. Ce jeune garçon de 76 ans à l’oeil affuté est un photo-journaliste chinois reconnu. Il fut un témoin fasciné de la Révolution Culturelle, qu’il a couverte de bout en bout, au quatre coins du pays, pour le compte d’un magazine du régime, distribué au Japon. Bientôt 40 ans ont passé mais Naiqiang n’est pas du genre à s’étaler sur les épisodes noirs de l’Histoire communiste, pas plus que de se livrer aux journalistes étrangers. Après plusieurs rencontres et l’assurance que 6Mois était bien un magazine dédié à la photographie, Naiqiang nous a laissés consulter ses archives pour en extraire une série de photos rares et toutes en couleurs. Les voici, exposées et expliquées dans ce numéro 3. Bonne lecture !

samedi 24 mars 2012 – photo Lei Yang

 

This entry was posted in beijing, culture and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>