Une tanière

En son temps, Peter Hessler avait trouvé une maison à Shansha, à la campagne. Il louait une Jeep à Pékin et prenait le vert. C’était sa “retraite d’écriture” et la source d’histoires touchantes sur la ruralité, que l’on retrouve dans son best-seller “Country Driving”.

Sans me comparer à Peter Hessler, j’ai aussi mon lieu de “retraite d’écriture”. Il s’appelle  ”La Plage Dorée” (=Huang Jing Hai An). C’est une cité balnéaire fantôme pour fonctionnaires, à 2h30 de Pékin. Une ville totalement déserte entre octobre et mai. Quelques ouvriers dorment sur place pour  entretenir les façades d’immeubles ou ensabler des fagots de pailles et protéger la dune. Une dame tient seule une petite épicerie et me cuisine les légumes ou la viande que je lui achète. Je crois que son mari a pris la tangente. Son fils est étudiant en architecture à Changli. Des pêcheurs venus du Shandong jettent leurs filets dans la baie. Aux rares visiteurs, des gardiens louent des chambres en douce, face à la houle brune du détroit de Bohai, face à l’horizon silencieux.

A lire aussi:
- Un reportage sur la piraterie en mer de Bohai (Mediapart)
- Une enquête sur la pêche industrielle chinoise, en Chine puis dans les eaux africaines (XXI)
- Une série de photos + une vidéo sur les pêcheurs de Bohai
- Des photos de pêcheurs à Qingdao,une espèce en voie d’extinction, face à l’urbanisation massive.

This entry was posted in photos. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>