L’avenir d’Audi sera-t-il chinois?


Voici le discret véhicule du gérant d’un salon de coiffure à Dongzhimen.

En Chine, les Audi noires à vitres teintées sont l’apanage des officiels chinois et de fait, le symbole d’une certaine réussite auprès de la population. Les Audi A7 reviennent aux officiers de la Police Armée du Peuple. Les Audi A6 rallongées (ou mieux les Audi A8) sont pour les cadres du Parti ou du gouvernement. Les officiels de petites communes optent pour les VW Santana. Ce parc représente plus de 9 milliards d’euros d’argent public, dépensés chaque année.

Le constructeur allemand connait un âge d’or, mais l’on se demande si cela va durer. Après tout, Xi Jinping multiplie les appels à la frugalité parmi l’administration chinoise. Parallèlement, des médias d’Etat dénoncent les mauvaises pratiques des constructeurs étrangers, préparant un terrain favorable aux constructeurs locaux. ”Après VW et sa boite DSG clouée au pilori le 15 mars, (c’est) au tour de BMW, Mercedes et Audi d’être accusés d’utiliser des composants cancérigènes dans le mobilier intérieur de leurs autos” observe un cadre français, chez PSA.

Au nom du patriotisme économique, les officiels chinois rouleront-ils prochainement en Geely, Faw, BYD, Brilliance Auto, Dongfeng, Great Wall?

A lire:
- Reportage chez Great Wall, à Baoding (Usine Nouvelle)

This entry was posted in economie, photos and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>