Le temps oublié du “Made in Macao”

C‘est mon premier séjour et reportage à Macao et ses 35 casinos. Je me suis promis d’y aller après une découverte dans le grenier familial, l’été dernier. Dans une caisse en plastique, j’avais retrouvé les vieilles voitures de mon enfance, des ‘Majorettes’, des ‘Hotwheels’ et autres “Matchbox” offertes par mon parrain et dont mon neveu a logiquement héritées. Sous ces vieux véhicules miniatures et inter-générationnels, cabossés et customisés au blanc correcteur, il était inscrit tantôt “made in France”, tantôt “made in China” et parfois “Made in  Taiwan”. Mais je me souviens surtout de cette Peugeot 205 miniature jaune “Made in Macau”. Tous ces jouets furent produits au tout début des réformes économiques de Deng Xiaoping, aux balbutiements de la mondialisation et des délocalisations.

A Macao, en marge de mon sujet, j’ai vainement tenté de retrouver cette usine de voiturettes. J’ai finalement aperçu une poignée d’ateliers textile abandonnés, dont les grilles sont fermées par des cadenas presque fossilisés, dont les étroites fenêtres sont masquées par plusieurs épaisseurs de toiles d’araignées. Tout autour, le quartier est en cours de “réhabilitation”, entendez “gentrification”. Macao la riche ne fabrique plus grand chose, sauf du rêve.

 

This entry was posted in economie. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>