La manucure du Marché de la Soie

Ce matin, je découvre que ce filou d’épicier chez qui échouent les touristes assoiffés, a poussé ses caisses de fruits et ses bouteilles de piquette pour faire de sa caissière une esthéticienne. Il faut dire que de plus en plus de petites vendeuses du Marché de la Soie mitoyen (“looka, looka, i give you a good price”) vivent dans ce quartier pour fonctionnaires du Ministère des Affaires Étrangères.
.
Quand les résidents deviennent vieux, ils s’installent chez leurs enfants au delà du 5e périphérique. Mais ils ne renoncent par à leur bail et se transforment en marchands de sommeil. Ces appartements aux façades décaties accueillent, chacun, une quinzaine de filles. Les boutiques dédiées aux touristes s’adaptent à cette clientèle supplémentaire de jeunes travailleuses migrantes et coquettes. Une alchimie commerciale, faite de génie et d’opportunisme.
.
(photo Ipad – soyez indulgents)
.
.
This entry was posted in daily life and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>