Un vol d’image: comment agir?

Récemment, en recherchant une photo d’officiel que j’avais prise lors d’une conférence de presse pékinoise, j’ai eu la mauvaise surprise de voir qu’elle avait “empruntée” par le site “Maliactu.net”, présenté comme le premier portail d’informations et de débats sur l’actualité du Mali.

Capture d’écran 2013-09-24 à 22.47.46

Je l’avais mise en ligne sur mon compte “flickr pro” avec la mention “tous droits réservés” et un symbole copyright. Visiblement la rédaction de MaliActu n’en a pas tenu rigueur. J’ai déposé un commentaire sous l’article et un message sur Twitter, leur demandant de retirer la photo ou de régler une somme forfaitaire.

Quelques jours plus tard, la photo a été retirée.

De temps en temps, je reçois des demandes de photos d’ONG étrangères, ou de sites d’informations. En général, on m’explique tout de go que mon nom sera bien mentionné mais que leur budget photo est quasi-inexistant. Et en général, je refuse.  Aucune raison de céder mes photos gratuitement, partant notamment du principe que ni les journalistes de médias en ligne, ni les journalistes d’ONG ne travaillent bénévolement.

J’accepte de ne pas être rémunéré seulement quand la demande émane d’un observateur de la Chine souhaitant illustrer une analyse sur son blog ou bien d’un blog d’informations non commercial mais très lu des journalistes, comme China Digital Times, géré par des universitaires de Berkeley. Ce sont des rapports amicaux, à caractère associatif.

This entry was posted in politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>