La serveuse de poche

Lei et moi dinions hier soir dans un restaurant sans prétention, a 20 yuans l honnête plat de tofu et champignons. Au moment de prendre la commande, la jeune serveuse nous propose de « commander sur internet», bref de s abstenir de ses services. Nous étions peu nombreux, elle n était pas débordée… et nous a donc patiemment expliqués le mode opératoire. Se connecter sur le réseau wifi local, taper une adresse web quelconque pour naviguer dans une sorte d intranet ou figurent mets et boissons. Dans les restaurants pékinois, on entendra de moins en moins de clients impatients s écrier « Serveuse, la carte ! »

C’est donc un équivalent chinois de ChowNow, GoPago ou encore Qikserve, le « serveur de poche ». Un outil qui ne peut s épanouir que dans les établissements et pays sans culture du pourboire. Pour la Chine, dans les cantines plus onéreuses, le serveur «humain» demeurera une valeur sure tant sa docilité sied une clientèle férue de prestige social.

Ce gadget bijou technologique nous rapproche des bornes de commande tactiles disposées dans les Mac Do francais. Aux heures de pointe, elles permettent d’éviter de longues files d attente. A l inverse, cette technologie n est pas exploitée dans les Mc Do chinois.

(Pardonnez les manques d accent. J écris provisoirement sur un clavier qwerty)

serveuse pekin restaurant lei iphone

This entry was posted in beijing. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>