Side-car en détresse

Un expat’ ayant fui la Chine précipitamment? Vous noterez que le véhicule n’a pas été démembré ni vandalisé. Mais il a subi les affronts de la ville: jets de peinture et d’ordures à foison. Si quelqu’un souhaite l’adopter, qu’il fonce. La moto git du côté de Guangqumen, dans le district de Dongcheng, à Pékin. Je vous file l’adresse avec plaisir.

IMG_8622

IMG_8619 side car abandonneDans une vie antérieure, il y a plus de cinq ans, je traversais les lilongs de Shanghai, à la place du “singe”.  Aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’il s’agit surtout d’un loisir pour expatrié aisé. Le Pékinois, peu tourné vers la culture “vintage”, se demande peut-être à quoi bon transporter sa belle en moto – souvent un CJ750 militaire customisé – le nez dans les pots d’échappements, quand il peut lui offrir le confort d’un habitacle automobile moderne. Ce qui me rappelle la citation célèbre de Ma Nuo, une candidate du Tournez Manège chinois: “je préfère pleurer dans une bmw, que rire sur ta bicyclette” (été 2010 – Club Médiapart)

This entry was posted in politique and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>