Xiao Sun, de Nantes au détroit de Bohai

Xiao Sun a troqué sa combinaison et son casque jaune pour une veste en daim, un pantalon noir et des souliers de la marque« Playboy ». Son navire, le Binhai 511, est à quai pour la nuit. Avec ses camarades, il a prévu une virée dans un karaoké de BeiDaihe, une station balnéaire mitoyenne. Le trentenaire est ingénieur et travaille dans le détroit de Bohai à la recherche de pétrole. Il doit cet emploi respectable à des études réussies de prospection sismique et un diplôme à l’Ecole Centrale de Nantes, décroché en 2008. Il ricane : « Si le gouvernement nous le demande, nous irons peut être un jour en Mer de Chine méridionale », tout près des Iles Diaoyu/Senkaku, à la souveraineté disputée. Les plateformes offshore de Bohai ne sont pas d’une rentabilité affolante : « Le pétrole y est de mauvaise qualité, coûte très cher à raffiner et les Chinois dépensent des fortunes pour des voitures haut de gamme, aux moteurs de plus en plus exigeants».

IMG_0456 jp

This entry was posted in environnement, reportage and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>