Ecole de l’Image des Gobelins #semaine2

logo
Après une semaine de montage, vient le moment du tournage. Car il est temps de se familiariser avec les caméras. C100, C300 et surtout Panasonic, Sony EX3. L’importance du zébra, de la balance des blancs, faire un point. Utiliser un pied. Maitriser les filtres, les diaphragmes. Prendre une lumière, un micro cravate, une minette, une sucette et autre jargon. Ne surtout pas changer de plan pendant une interview. Arrêter de s’exciter sur le zoom. N’utiliser aucune fonction automatique.

Je m’aventure le long du boulevard Saint-Marcel. Je filme un paysagiste de la mairie de Paris. Puis dans la ménagerie du Jardin des Plantes, le long du boulevard Saint-Marcel. Audrey, “curatrice petits mammifères” accepte de me raconter son métier. Là encore, j’ai de la chance: personne ne m’a envoyé balader, bien au contraire.

Finalement, à l’heure du dé-rushage, je réalise que je suis “sous-ex” puis “sur-ex”. “Pour de la radio, ça irait très bien” comment le formateur. L’histoire est là, la personne que j’interview transmet sa passion… mais l’image ne suit pas.

Petit à petit, j’en apprend un peu plus sur les domaines de prédilection de mes camarades de stage, compagnons de la pige. Allyson, 29 ans, se passionne pour la télévision, les émissions de télé-crochet qu’elle commente sur le compte Twitter d’un magazine. Isabelle, 49 ans, écrit sur le vin pour des mensuels spécialisés prestigieux. Olivier, 55 ans, écrit sur la guitare. Il a interviewé les plus grands chanteurs de blues. Comme moi, les formats télévisuels d’1 minute 30 le désarçonnent. Mais c’est en forgeant…

jordan pouille stage goblins ecole de l'image

This entry was posted in politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>