Entretien vidéo, bonnes feuilles et critique – Médiapart

logo mediapart boite a idees jordan pouilleCes 12 minutes filmées… sont ma première “télé”. J’y explique ma démarche journalistique en Chine, livre mon analyse de la conjoncture actuelle du pays. Puis je présente ces “Chinois indociles”: le petit peuple des campagnes ou villes usines, n’attendant plus grand chose de leurs lointains édiles.

La vidéo est à regarder ici:

Cet entretien vidéo est précédé d’une présentation de François Bonnet, le rédacteur en chef de Médiapart. Et s’achève par de “bonnes feuilles”. Les six mille premiers signes du chapitre dix, “Les Petites Mains d’Apple”.

La critique est à lire ici :

Un voyage dans la Chine indocile

Longtemps correspondant de Mediapart à Pékin, Jordan Pouille publie Le Tigre et le moucheron, un long récit de la Chine qui nous dit combien son peuple est devenu invisible ou « méprisé par le système ». Entretien vidéo et extrait : « Les petites mains d’Apple. »

Les lecteurs de Mediapart connaissent bien Jordan Pouille. De 2008 à début 2014, il a été notre correspondant à Pékin. Ou plutôt dans toute la Chine. Loin des analyses et des arcanes de la vie politique dans un régime à parti unique, Jordan Pouille nous a d’abord raconté les Chinois (ses articles sont ici). De la Mongolie intérieure aux provinces du Sud, de la frontière nord-coréenne aux sous-sols squattés des mégalopoles. Autant d’histoires, de reportages, de témoignages, de récits de vie : mis bout à bout, ils font émerger une société chinoise peu connue, largement « méprisée du système » et qui tente par tous les moyens de défendre quelques droits élémentaires.

Le Tigre et le moucheron est donc un long récit, tissé de onze reportages. Les problématiques sont bien différentes mais c’est un même fil qui court tout au long du livre : celui d’individus ou de groupes qui veulent résister aux violences de bouleversements économiques sauvages, appuyés par une surveillance politique de chaque instant. Il ne fait pas bon être paysan ou ouvrier en Chine, être « moucheron » face au tigre. « Ce peuple est devenu inaudible dans son propre pays, les moucherons sont humiliés par des édiles corrompus et violentés par leurs sbires », écrit l’auteur.

Mais au-delà des mécanismes d’oppression, la force de ce livre est de saisir la vivacité d’une société entretenant un rapport de force permanent avec les puissants. Il n’est nulle part question de soumission, de renoncement, et l’on comprend bien vite que ce tigre chinois repu marche sur de la dynamite dans un pays où les révoltes sociales et les entreprises pétitionnaires ne s’arrêtent jamais. Ces luttes sociales ou environnementales restent certes éparses, isolées, fragmentées. Elles ne dépassent « que très rarement le niveau provincial », dit Jordan Pouille. Et c’est bien là le principal défi du régime chinois : empêcher qu’elles ne convergent en de vastes mouvements de revendications. Alors, il en serait fini du capitalisme sauvage du parti unique.

D’autres médias ont eu la gentillesse de s’intéresser à mon livre:
RFI, BFM, le Club de la Presse du Nord Pas de Calais, La Voix du Nord, Var Matin, GQ, La Croix, l’Humanité, La Vie et Le Monde. A lire ou écouter ici. Si vous repérez une mention du “Tigre” quelque-part, n’hésitez pas à m’en tenir informé ! Bonne année à vous.
This entry was posted in politique and tagged . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>