De Paris à Zagreb, par les petites routes

Capture d’écran 2016-10-16 à 00.49.32

Lei et moi venons de boucler un périple en voiture, oh pas très grand, trois semaines. J’avais besoin de me rafraîchir l’esprit, de me libérer un peu d’Internet et ses réseaux sociaux de plus en plus monotones car désormais bâtis sur nos intérêts/goûts/attentes, voire même de croiser des gens n’ayant pas été contaminés par la polémique étouffante du burkini.  Nous avons quitté Paris pour la Croatie en passant par l’Allemagne, l’Autriche et la Slovénie. Avec un retour par la Slovénie de nouveau, puis l’Italie. J’ai eu un coup de foudre pour la Slovénie, que je n’imaginais pas du tout ainsi.

Voici un billet de rencontres, de choses contemplées. C’est en vrac. Pour l’instant. J’enrichirai ce billet au fur et à mesure.

slovenie kranjka gora

IMG_20160829_165255

La pudeur de Stojan et son fils Stefan. Ils sont paysans, producteurs de lait et yaourts. Ils ont 24 vaches, trois beaux chevaux et un champ de pommiers. La femme de Stephane est serveuse dans un pub à Bled, près d’un lac grandiose. Les deux hommes se sont lancés dans le circuit court, en fournissant des marchés, des hôtels, restaurants et mêmes des distributeurs automatiques. Note pour plus tard: il faut absolument que je retourne à Kranjska Gora, près de la frontière avec l’Autriche.stojan stefanPlus loin à Lubiana, via Airbnb, nous avons loué l’appartement d’un coach sportif, également mannequin pour Dacia.

A Eracléa, à une cinquantaine de kilomètres de Venise, où nous faisons halte pour déjeuner. Le taulier du Chinaski Musik Pub, un bistrot à la gloire de rock, nous sert deux plats délicieux. Au comptoir soixantenaire élégant, au polo bleu clair avec un col relevé, nous offre nos consommations. Puis s’avance lentement, avant d’entamer la conversation. Gianduccio parle anglais. Il était le médecin du village pendant trente ans, spécialiste des veines et des phlébites. Il vient de prendre sa retraite et nous raconte sa nouvelle vie, à Dubai, Emirats Arabes Unis. Au printemps il y a rejoint son gendre chirurgien esthétique, “jeune et formé à Londres”. Epaulé par un investisseur local, cet homme a inauguré une “clinique italienne”: un centre médical privé plutôt destiné aux femmes, avec du personnel médical exclusivement italien, apparemment gage de qualité. “Moi, je vais me charger du diabète. Dans le Golfe, les gens mangent très sucré, figurez vous. Mon gendre s’intéresse aux jeunes couples pour qui les yeux, le nez sont très importants”. Marco pense que sa clinique sera un réussite. “La ville compte beaucoup de médecin égyptiens, syriens, indiens mais ils n’ont pas vraiment le niveau”.

(photo smartphone)

(photo smartphone)

Crémone, en Lombardie, est la capitale mondiale du violon depuis la Renaissance. C’est là qu’est né le créateur du fameux Stradivarius. Dans une ruelle, Lei et moi avons rencontré monsieur Rhee. Ce Sud-coréen a quitté son pays pour apprendre le métier de luthier et ouvrir son propre atelier. Monsieur Rhee fabrique trois instruments par an, à partir de bois d’érable, principalement. (Photo: JP)

luthier jordan pouille

Sur la plage des Esclamandes, quartier de Saint-Aygulf, à Fréjus, j’ai d’abord salué deux jeunes femmes et un homme tatoué, tous portant le t-shirt noir des Sea Sheperd, cette ong lancée par le charismatique justicier des mers Paul Watson. Assis sur la même serviette rose, ces trois-là ne m’ont pas répondu. Peut-être se prennent-ils pour des Hells Angels. J’ai marché deux pas de plus pour rencontrer Florence, 40 ans et salariée chez UPS. Elle est l’un(e) des bénévoles varois qui, depuis le 22 juillet, se relaient pour surveiller une petite cloche grillagée posée sur les 80 oeufs qu’une tortue femelle a déposés un beau matin sur ce bout de plage de Saint-Aygulf. Certes, nous sommes à côté d’une discothèque en plein air et d’un loueur de jetskis… le sable vibre, littéralement: il y a des endroits plus sereins pour venir pondre ses oeufs. A partir de 19h30 et jusqu’au lever du soleil, c’est un vigile en uniforme qui prend le relais. Assis sur sa chaise en plastique, payé pour un mois par Véolia, le colosse veille à ne pas entrer dans le champ de vision de cette caméra infra-rouge rotative installée par des scientifiques et censée épier le moindre mouvement de coquille. Le gardien, comme les bénévoles en journée, prend la température du sable toutes les deux heures. Et éloigne les prédateurs. L’éclosion est imminente.

saint aygulf tortues

(photo smartphone)

Hasta la vista.

This entry was posted in politique. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>